La résolution de problèmes

 

 

La résolution de problèmes se réfère à un traitement psychologique qui accompagne la gestion efficace des événements stressants qui peuvent se produire dans la vie. Ces facteurs de stress peuvent être assez importants (comme un divorce, la perte d’un être cher, la perte d’un emploi ou la gestion d’une maladie chronique). Ce « stress négatif » peut aussi résulter de l’accumulation de plusieurs difficultés « mineures » (comme par exemple des problèmes familiaux, des difficultés financières, des relations tendues avec ses collègues de travail ou avec son patron).

Quand les facteurs de stress sont à la source de problèmes psychologiques ou exacerbent des problèmes médicaux existants, la résolution de problème devient utile. Soit en intervention seule soit en combinaison avec d’autres approches. La résolution de problèmes peut également aider les personnes qui ont des problématiques plus complexes, tels que « vouloir trouver la signification personnelle de sa vie ».

La résolution de problèmes s’est avérée être efficace pour un large éventail de problèmes, notamment 
– l’épisode dépressif majeur
– Le trouble anxieux généralisé
– La détresse émotionnelle
 Les idées suicidaires
 Les difficultés relationnelles
 Certains troubles de la personnalité
 La mauvaise qualité de vie et la détresse émotionnelle liée aux problèmes médicaux (comme le cancer ou le diabète).

L’apprentissage de la résolution de problèmes permet de tendre vers 

  • La prise de décisions efficace.

  •  La génération des solutions créatives.

  •  L’identification avec précision des obstacles pour atteindre ses objectifs.

    Plus généralement, la résolution de problèmes aide à :

    -Identifier quels types de facteurs de stress ont tendance à déclencher des émotions chez soi, telles que la tristesse, la tension et la colère.
    – Mieux comprendre et gérer les émotions négatives.
    – Devenir plus optimiste sur ses capacités à faire face à des problèmes difficiles dans la vie.
    – Être plus tolérant/dans l’acceptation face aux problèmes insolubles.
    – Être plus organisé et systématique dans la manière de résoudre des problèmes stressants.
    – Être moins dans l’évitement lorsqu’un problème survient (par exemple en faisant tout pour ne pas y penser).
    – Être moins impulsif, ne pas rechercher immédiatement une solution                       « miracle».
    La résolution de problème est considérée comme une approche de thérapie efficace parce qu’elle aide les gens à faire face à un large éventail de difficultés et de problèmes stressants qui se produisent dans la vie quotidienne. Un grand nombre de preuves scientifiques indique que des événements stressants négatifs sont un facteur important pour la santé et pour les troubles de santé mentale.

    LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 

    PDF imprimable


    1) Reconnaître l’existence d’un problème 

    On a un problème, qui n’est pas facile à résoudre. On commence par ne plus éviter ce problème, et l’on cherche à le résoudre, tout simplement. On adopte alors une attitude dite « constructive », cherchant à gérer le problème non comme une menace, mais comme un défi. Un problème est source de changements, qui peuvent parfois être positifs.


    2) Identifier le problème

    Dans quel(s) domaines) se situe le problème ?
    • Problème marital
    • Problème avec les enfants
    • Problème avec les parents
    • Problème avec la famille élargie
    • Problème avec les voisins
    • Conflits interpersonnels
    • Conflits avec un collègue
    • Problème sexuel
    • Problème de sommeil
    • Problème de poids
    • Problème de boisson
    • Problème de santé
    • Problème financier
    • Problème avec la justice
    • Problème administratif
    • Problème de transport
    • Problème scolaire ou professionnel
    • Problème émotionnel
    • Problème de gestion du temps
    • Problème de décision
    • Problème d’estime de soi
    • Problème spirituel
    • Conflit moral

    3) Définir le problème

    Précis, concret, délimité. Si il y a plusieurs problèmes, faire un classement, et démarrer par le problème prioritaire, classé numéro 1

    Exemple 
    1) je vais être licencié
    2) je me suis fait arnaqué de 20 euros
    3) j’ai un rhume

    ->on démarre par le 1 car c’est celui qu’on a classé en premier

    4) Rappel de l’attitude constructive 

    – Un problème sera vu comme opportunité plutôt que comme une menace
    – Un problème peut être une occasion de développement personnel

    5) Rechercher des erreurs de pensées dans la formulation des problèmes

  • Peut-être suis-je en train de confondre une pensée (exemple : il ne m’a pas parlé parce qu’il me déteste) et un fait (il ne m’a pas parlé, je ne sais pas pourquoi) ?

  • Peut-être suis-je en train de sauter hâtivement à la conclusion, sans raisonner ?

  • Peut-être suis-je en train de penser en noir et blanc ? (c’est complètement réussi ou c’est complètement raté, il n’y a pas de milieu)

  • Peut-être suis-je en train de me condamner de façon démesurée pour une seule erreur ?

  • Peut-être suis-je en train de me centrer sur mes faiblesses et d’oublier mes forces ?

  • Peut-être suis-je en train de me condamner pour quelque chose qui n’est pas de mon  ressort ?

  • Peut-être suis-je en train de me juger ? (tu es nul, tu ne vaux rien, tu n’y arriveras jamais)

  • Peut-être suis-je en train de m’imposer des buts irréalistes qui vont faire que je ne vais pas réussir ? (je veux courir le Paris-Versailles même si je n’ai pas fait de sport depuis deux ans)

  • Peut-être suis-je en train de regarder dans une boule de cristal ou de lire dans les pensées ? (elle est vexée j’en suis sûr)

  • Peut-être suis-je en train d’espérer la perfection ?

  • Peut-être suis-je en train de surestimer un événement, comme si c’était une catastrophe ? (j’ai oublié de le rappeler, il me parlera plus jamais et me crachera dessus la prochaine fois qu’il me croisera)

6) S’assurer qu’on a bien compris le problème, et alors commencer à définir les objectifs qui en résultent

Ces objectifs doivent être :
-concrets
-réalistes
-formulés de façon positive

Par exemple
je suis licencié, mes objectifs sont :

de pouvoir gérer mon budget pendant la période de transition

-de trouver un nouveau travail

-de prendre soin de moi pour préserver mon moral


7) Identifier les solutions

Dresser la liste de toutes les solutions possibles. A ce stade, aucune solution ne devrait être rejetée, qu’elle soit ridicule ou non. Les solutions peuvent concerner les différentes parties du problème identifié. Il faut générer des solutions en quantité.
Si on cherche à évaluer trop tôt, l’imagination est bloquée car on cherche la solution parfaite et aucune ne semble y prétendre.

Par exemple :
-chercher un travail
-trouver un travail qui me plaît
-faire un hold-up
-solliciter mes réseaux professionnels
-envoyer une lettre demandant un travail au président de la république
-passer un concours administratif
-m’inscrire dans une formation
-gagner au loto
-envoyer des candidatures spontanées
-postuler à un fast food
-rejoindre la résistance et devenir un Jedi

8) Essayer de générer des solutions supplémentaires

-combiner certaines solutions (par exemple, passer un concours et envoyer des candidatures spontanées)
-copier des modèles (par exemple, s’inspirer d’une de nos connaissances qui a trouvé un travail en deux semaines)
-visualiser le problème, s’imaginer faire face à la situation, voir ce qui nous vient (par exemple : je suis dans mon appartement, c’est mon premier jour de chômage, qu’est-ce que je fais en premier, vers quelle solution je vais naturellement…)
-rechercher des informations facilitantes : particulièrement quand le problème est complexe, qu’on a peu de solutions. Lire des livres qui concernent le sujet, explorer internet pour rechercher des idées…

9) Eliminer les solutions non pertinentes 

-les solutions qui entraînent trop de conséquences négatives sont éliminées :
Faire un hold-up->risque vital, risque de tuer des gens, risque de finir en prison, risque d’être blessé : je l’élimine
-les solutions inapplicables sont éliminées
Rejoindre la résistance et devenir un Jedi n’est pas applicable car ils n’ont pas le téléphone, je n’ai aucun pouvoir particulier et que a priori c’est une fiction

10) Dresser un tableau des forces et des faiblesses des solutions trouvées : le temps de l’évaluation

Dresser un tableau avec pour chaque solution :
-les avantages à court, moyen et long terme,
-les inconvénients à court, moyen et long terme

Cela peut concerner le temps pris (solution rapide ou lente), la faisabilité (on est plus ou moins capable d’appliquer une solution), la satisfaction ressentie, l’impact émotionnel, l’impact sur mes apprentissages, la satisfaction que cela m’apportera, les changements attendus sur sa vie, sur ses ressources
Pour s’aider, on peut évaluer le poids de chaque argument, entre 0 = aucun poids et 100 = poids très important

Par exemple 
-Passer un concours administratif
Avantages à court terme : solution rapidement disponible (80)
               à moyen terme : satisfaction d’avoir passé un concours (60) et si réussite, satisfaction de l’avoir réussi (100)
               à long terme : travail fixe dans le temps (75), pas de licenciement possible (80), travail qui a priori m’intéresse (50)

Inconvénients à court terme : nécessité de faire des démarches administratives pour m’inscrire (30), stress lié à sa préparation (60)
                    à moyen terme : risque de ne pas l’avoir et d’être déçu (75), pas de salaire pendant la préparation (75)
                    à long terme : rester en permanence sur le même emploi (60), salaire moins intéressant que dans le privé (50), peur de ne pas pouvoir évoluer (90)

Puis on fait le total (ici 445 (avantages) pour 440 (inconvénients) : équilibre entre avantages et inconvénients, à mettre en balance avec les scores des autres solutions.

11) L’heure du choix

On choisit, on accepte une ou plusieurs solutions, y compris leurs inconvénients. On choisit et on accepte également de ne pas avoir les avantages des autres solutions. Avoir conscience qu’il n’existe pas de solution parfaite (« choisir c’est renoncer »)

12) Obstacles et ressources
A présent qu’on a choisi une solution, il faut mettre au propre :
-les obstacles à la mise en œuvre de la solution
-les ressources dont on dispose ou dont on pourrait disposer pour faire face à ces obstacles

Exemple
« je n’ai pas assez de culture générale pour passer le concours » (obstacle), « mais je vais emprunter le livre de culture générale de mon cousin pour apprendre » (ressource)

13) Le temps de la planification

Félicitations, si vous en êtes là, vous avez déjà bien avancé. L’étape suivante va être d’établir un plan d’action, en réalisant un échéancier. Soit en partant du début, soit en partant de l’arrivée (rétro-planning). Commencer au plus vite, et par une étape facile

Exemple :
1) me procurer le livre de culture générale
2) me renseigner sur les modalités d’inscription au concours
3) m’inscrire au concours
4) programmer mon travail tous les jours
5) les jours où je suis moins motivé, augmenter ma culture générale en lisant par exemple
6) demander de l’aide à mes proches, des conseils pour bien préparer le concours
7) passer le concours
8) voir le résultat

14) Action et résultat

Evaluer au fur et à mesure l’avancée de son plan d’action. Qu’est-ce qui a changé dans ma situation. Qu’est-ce qui a changé dans mes émotions ?. Suis-je globalement satisfait de ce qui s’est passé ?

Que faire si aucune solution n’est satisfaisante? 

1) reprendre l’ensemble des éléments, s’assurer de la bonne définition du problème, que les objectifs restent réalistes, toujours d’actualités, qu’ils n’aient pas à être scindés en sous-objectifs
2) En cas de persistance de l’absence de solution, faire appel à un spécialiste du problème concerné, comme par exemple un médecin spécialisé pour un problème d’ordre médical, une assistante sociale pour un problème financier, un avocat ou une association d’aide judiciaire pour un problème lié à la justice…

Pour passer à la pratique

PDF IMPRIMABLE : Technique de résolution de problème

 

Sources

La résolution de problèmes en psychothérapies, Rollon Poinsot,  Pascal Antoine, édition Dunod

What is Problem Solving Therapy? (American Psychological Association)

Version Ngô et Goulet de la technique (PDF)